•  

    repas-de-morts.jpg

       

    Ma rencontre avec Dimitri Bortnikov eut lieu dans une bibliothèque amie. Un jour, j’y choisis un livre dont le titre me faisait penser à Aragon  ("On avait mis les morts à table…")  et puis son auteur était Russe. Toujours mon attirance pour l’âme Slave, aux confins de la poésie, du malheur et de la folie…

     

      L’écriture de Dimitri Bortnikov est forte, étrange, difficile. Ici aucune mélodie, mais des syncopes, des hachures, des phrases torturées. Des fulgurances aussi, des combinaisons poétiques.

    Paris et la steppe Russe s’entremêlent, les vivants et les morts cohabitent dans le monde de Dim, les morts qu’il a connus mais aussi les morts de l’Histoire… L’esprit de Dim ne connaît pas de limites, de contraintes, les vivants, les morts, hier et aujourd’hui se mélangent.

    Si vous n’êtes pas rebuté par la forme de ce roman halluciné, vous ressentirez un lien très fort avec l’auteur et sa vision de la vie, de la mort, vous serez habité par cet esprit complexe et torturé, finalement profondément humain, et deviendrez vous-même un atome dans l’univers de Dim, pour qui la flèche du temps n’existe pas…

     

    Nota: Repas de morts est le premier livre écrit en Français par Dimitri Borntnikov 

     

     


    votre commentaire
  • L'intranquille (Gérard Garouste)

     


      « L’intranquille » est le titre de la passionnante autobiographie du peintre Gérard Garouste (rédigée avec Judith Perrignon journaliste et écrivain). G.Garouste donne le ton en qualifiant son livre d’ "Autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou ".

    Il nous raconte sa jeunesse marquée par une éducation catholique mais surtout par un père tyran domestique, un salaud antisémite et haineux (il alla jusqu’à dépouiller des juifs déportés pendant la 2nde guerre). Ce père aimait pourtant son fils et sut même reconnaître très tôt son talent, puisqu’il offrit à Gérard enfant, des cours de dessin à domicile.

    L’amour et le soutien inconditionnel de sa femme (qui est juive!) permettent à l'adulte qu'il est devenu de lutter en permanence contre la folie qui le guette, qui l’attaque régulièrement  sous la forme de bouffées délirantes suivies de longues périodes de dépression.

    Cette autobiographie rédigée par un auteur d’une grande lucidité, se lit comme un roman à travers lequel il nous fait partager avec simplicité ses intéressantes réflexions sur (dans le désordre) : l’art, les secrets de famille, la création, l’amour, Dieu, les religions, la maladie mentale…

     


    votre commentaire
  • l'apocalypse selon Embrun - stephanie hochet

    Il s’agit de l’histoire fascinante d’Embrun, narrée au fil de chapitres aux noms évocateurs (genèse, évangile, apocalypse…). S. Hochet utilise une écriture fluide et maîtrisée et possède un humour très fin. Ce récit oscille entre roman et conte, surtout lorsqu’il flirte avec l’irrationnel (les « voix »  entendues par Embrun…) et fourmille de réflexions intéressantes.

     

    Embrun, esprit torturé (et torturant) logé dans un corps chétif qui d’ailleurs ne grandira pas, est le mal  incarné. Elle fait penser à un morceau de charbon, sombre et malodorant, qui salit tout se qui s’en approche. Embrun s’emploie à détruire toutes les personnes qui s’intéressent à elle, son beau-père,  son oncle, son institutrice, les enfants de son entourage et de façon générale les plus faibles. Mais elle se focalise tout particulièrement sur Anne, sa mère, qui souhaiterait avoir un autre enfant mais n’y parvient pas.

    Seuls trouvent grâce à ses yeux un gros chat et M. Agon un vieil instituteur morbide et dictatorial qu’elle souhaiterait même « choisir » comme père.

    Embrun finit par être internée en hôpital psychiatrique où elle continue ses méfaits, tandis que sa mère, libérée d’Embrun, tombe enfin enceinte mais vit cette grossesse perturbée par des pensées violentes et un sentiment d’étrangeté.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique