• Extinction


     Ecrit en 1986, « Extinction » est le dernier roman publié du vivant de Thomas BERNHARD. Dans cet ouvrage, l’aspect romanesque cède le pas à la description saisissante d’un processus mental de libération.

    Murau le narrateur, a choisi très tôt de quitter son Autriche natale et vit à Rome grâce à une rente versée par sa famille et grâce aux cours particuliers de littérature Allemande qu’il dispense à Gambetti avec qui il partage de riches conversations au cours de promenades dans Rome, ville dans laquelle Murau peut enfin épanouir sa personnalité ultra sensible et sa créativité.

     Or, averti par un télégramme laconique de ses sœurs, Murau doit se rendre dans le domaine familial de Wolfsegg en Autriche, pour assister aux funérailles de ses parents et de son frère qui viennent de décéder accidentellement.

    Ce retour non voulu, sera pour lui l’occasion de se libérer de tout ce qui le rattache à son enfance, cette enfance passée à Wolfsegg, lieu paradisiaque et grandiose abritant pourtant une famille monstrueuse  gangrenée par le national-socialisme et l’hypocrisie du catholicisme (à l’image de l’Autriche, selon l'auteur).

    Les nombreuses hachures et répétitions de l’écriture incisive de Thomas Bernhard, son extrême lucidité, son humour caustique et désespéré, entraînent chez le lecteur le désir urgent de réagir, de résister, en somme un quart de siècle avant Stéphane Hessel, Thomas Bernhard nous ordonne implicitement: « Indignez-vous !



    votre commentaire
  •  

    Sukkwann Island

     

    Sukkwan Island est une île sauvage du Sud de l’Alaska. L’endroit est grandiose et la nature peu hospitalière. D’ailleurs l’île est accessible uniquement par bateau. Jim, un homme immature et miné par de nombreux échecs, notamment sentimentaux, décide d’emmener son fils de treize ans y vivre pendant un an dans une cabane isolée, malgré les réticences de la mère du garçon. Il pense que cette vie de Robinson leur permettra de se connaître vraiment, mais voit surtout là l’occasion de prendre un nouveau départ. La rigueur de cette existence et la personnalité du père ne tardent pas à rendre ce séjour extrêmement difficile voire incontrôlable. Jusqu’à ce que se produise un évènement stupéfiant, cauchemardesque…

    Il est difficile d’en dire plus sans dévoiler le suspense insurmontable de ce superbe roman. Pour ma part, la lecture de Sukkwan Island m’a procuré un véritable choc, aussi bien au sens physique que psychologique du terme…



    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique